L’Orient de Flaubert en images

Gisèle Séginger Citadelles et Mazenod, avril 2021L’Orient de Flaubert (1821, Rouen – 1880, Croisset) est imprégné d’histoires et d’influences contemporaines. Dès ses œuvres de jeunesse, le lien entre textes et images illustrant l’Orient et l’Antiquité semble évident pour le jeune artiste. Cet Ailleurs – qui est constitutif de sa vocation d’écrivain – s’affirme très vite comme la contrée de tous les excès, des rêves de luxe impossible, où un esthète exigeant pourrait dormir dans des « hamacs en plume de colibri ». Premier beau livre sur Flaubert et les arts, cet ouvrage examine à la fois les images et les œuvres qui ont marqué la formation visuelle de l’écrivain, ou qui ont été les sources avérées de ses créations et les nombreuses réinterprétations plastiques auxquelles celles-ci ont donné lieu. Dès son époque – c’est le cas de Gustave Moreau qui ne peindra pourtant jamais de tableaux directement inspirés de son œuvre -, puis après sa mort, les illustrateurs, sculpteurs, peintres des courants les plus divers s’en emparent, de Georges-Antoine Rochegrosse à Salvador Dali. À l’époque moderne, le cinéma et la bande dessinée s’approprient également des romans de Flaubert, comme Philippe Druillet qui a consacré une partie de ses albums et de son œuvre gravée à Salammbô.

SOMMAIRE

I. Un écrivain orientaliste
II. Flaubert et l’Orient romantique
III. L’Orient ancien et l’Orient moderne
IV. L’Orient visité
V. L’Orient de Flaubert illustré et fantasmé
VI. Modernités : l’Orient réinventé


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
G-LISAA (8 décembre 2021). L’Orient de Flaubert en images. Série Gustave Flaubert. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p1c2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.