Gustave Flaubert 6 : Fiction et philosophie

Gisèle ­Séginger (dir.), Gustave Flaubert 6 : Fiction et philosophie. Notes inédites de Flaubert sur la philosophie de Spinoza et de Hegel, Caen, Lettres Modernes Minard, 2008.

Présentation 

Même si Flaubert lit beaucoup de philosophie, la Correspondance témoigne d’une méfiance définitive à l’égard de la métaphysique à partir de la seconde moitié des années 1840 et il élabore une conception de l’œuvre comme « représentation » radicalement anti-discursive. Cependant il continue à lire beaucoup de philosophies. À partir de ses lectures favorites – des auteurs purement matérialistes comme Sade ou Lucrèce et Spinoza – Flaubert ébauche en pointillé, d’une lettre à l’autre, non un système philosophique cohérent et fortement articulé mais un ensemble mouvant d’idées récurrentes. Malgré l’élaboration d’un paradigme de l’œuvre et du sens qui va à l’encontre d’une conception de l’incarnation du sens, l’œuvre flaubertienne conserve un rapport au philosophique même – ou surtout – lorsqu’elle met en question les perspectives de la philosophie. Il est au centre de sa réflexion, de son esthétique et de son éthique parce que les pensées discursives étant frappées de discrédit voire d’immoralité (il y a une violence des discours chez Flaubert), il reste à régler différemment la relation de l’œuvre au cognitif.

C’est le rapport des romans flaubertiens au philosophique (et non la philosophie de Flaubert) dans la variété de ses modalités que se propose d’étudier ce volume en abordant à la fois des œuvres à débats et des œuvres en apparence sans philosophie. En effet, les philosophies sont tantôt mises en textes dans des débats qui montrent la pertinence de certaines questions philosophiques même si la philosophie est mise dans tous ses états par un travail de démontage (certains articles le montreront dans le détail des réécritures) et de sape, tantôt elles oeuvrent implicitement, fournissent des modèles d’intelligibilité, une logique qui agit dans la production du texte et l’organisation d’une poétique de l’œuvre.

Enfin, pour clore ce parcours, il nous a semblé aussi qu’il était intéressant de montrer comment un texte en apparence sans philosophie et sans thèse – Madame Bovary – habilement manipulé pouvait donner lieu à une lecture philosophique (l’invention du bovarysme ensuite transplanté dans le domaine politique) idéologiquement marquée et qui méconnaît totalement la perspective flaubertienne. C’est alors non plus le rapport de la fiction au philosophique qui est en cause mais une approche de la littérature par la philosophie qui cherche dans la fiction les garanties de ses thèses.

Selon les usages de la Série, le volume présente aussi un dossier inédit, les notes de Flaubert sur des ouvrages sur Spinoza et Hegel, (dossier en relation à la fois avec la partie thématique du volume et le volume précédent, Dix ans de critique, qui publiait les Notes de Flaubert sur l’Esthétique de Hegel), deux études (Varia) indépendantes et un Carnet critique (recensions d’ouvrages).

 Sommaire

Avant-propos, par Gisèle Séginger
I. FICTION ET PHILOSOPHIE
1. Une Lecture philosophique et éthique de Madame Bovary. Bonheur, envie, amour, par Kazuhiro Matsuzawa.
2. L’Empire du sensible, par Gisèle Séginger.
3. L’Extase des dindons ou Bouvard et Pécuchet entrent en philosophie, par Michael A. Soubbotnik.
4. Le Beau dans tous ses états — le moment esthétique dans Bouvard et Pécuchet, par Stéphanie Dord-Crouslé.
5. La «puissance de l’image». Bouvard et Pécuchet, disciples de Taine?, par Florence Vatan.
6. Les Deux colonnes. Mise en scène fictive de la philosophie, par Juliette Grange.
7. Le Bovarysme selon Jules de Gaultier : une philosophie réactionnaire?, par Delphine Jayot.
II. ÉTUDES
8. Un Rêve de pierres. Salammbô et l’Histoire naturelle de Pline, par Agnès Bouvier.
9. La Tentation de saint Antoine et le Second Faust. L’allégorie de la Science, par Taro Nakajima.
III. INÉDIT
Le Dossier «Philosophie» de Bouvard et Pécuchet : Hegel et Spinoza, par Atsushi Yamazaki.
Transcription : Notes de Flaubert sur la philosophie de Spinoza et de Hegel.
III. CARNET CRITIQUE
Éric Le Calvez, Gustave Flaubert. Un monde de livres (par A. Herschberg-Pierrot) – Didier Philippot, Gustave Flaubert (par J. Neefs) – Jacques Rancière, Politique de la littérature (par P. Campion) – Anne Herschberg-Pierrot. Le style en mouvement. Littérature et art. Belin, 2005 (par S. TRIAIRE) – Nouvelles lectures de Flaubert. Recherches allemandes. Textes réunis par Jeanne Bem et Uwe Dethloff avec la collaboration d’Aurélie Barjonet (par É. Reverzy). Bertrand MARCHAL, Salomé : entre vers et prose. Baudelaire, Mallarmé, Flaubert, Huysmans (par É. REVERZY) – Kazuhiro MATSUZAWA. Actes du colloque Le texte et ses genèses, Nagoya University, 2004.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *