Vient de paraître

Gisèle Séginger, Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert, présentation, transcription et notes, coll. « Flaubert », PURH, 2014.

« C’est l’œuvre de toute ma vie », dit Flaubert en évoquant La Tentation de saint Antoine. Les manuscrits enregistrent sur près de trente ans l’évolution de l’écrivain et de son époque, des transformations esthétiques et épistémologiques. Flaubert en écrit une première version avant Madame Bovary et il ne publie le dernier texte qu’en 1874, six ans avant sa mort. La transcription, le classement et la présentation des scénarios rédigés à la fin des années 1840 et au début des années 1870 donnent accès au laboratoire d’une œuvre qui aborde les grandes questions de son époque sur les religions, la morale et l’origine de la vie en utilisant parfois des savoirs scientifiques contemporains. Le lecteur découvrira à la fois les méthodes de travail de Flaubert et la formation d’une œuvre atypique, érudite et onirique, qui explore l’inconscient d’un ermite tourmenté de désirs et d’angoisses. C’est un autre Flaubert à la fois romantique et pré-symboliste que les scénarios de La Tentation de saint Antoine laisseront entrevoir aux lecteurs de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale. Il voulait laisser tout ignorer de lui-même à son public, mais il prête à saint Antoine un goût de l’étrange, une fascination pour les images exubérantes et les excentricités de l’antiquité qu’il partage avec son personnage.  Saint Antoine, c’est lui ? Laissons le lecteur en juger.